Bruno Sialelli, nouveau directeur artistique de Lanvin

16/135
Sialelli directeur Lanvin

Le monde de la mode retient son souffle depuis la nomination, le 21 janvier 2019, de Bruno Sialelli au poste de directeur artistique de la maison Lanvin. C’est avec un grand enthousiasme que tous les fans de la marque ont accueilli la nomination du jeune créateur. Il aura pour difficile mission de redynamiser la griffe en perte de vitesse depuis le départ de l’iconique Alber Elbaz.

Bruno Sialelli, l’espoir d’un renouveau pour Lanvin

A seulement 31 ans, Bruno Sialelli a déjà derrière lui un beau parcours professionnel. Passé successivement chez Paco Rabanne, Loewe et Balenciaga, le couturier a su montrer son savoir-faire technique et créatif. Il doit être en mesure de rivaliser avec un homme décidément difficile à remplacer, Alber Elbaz, qui quitta la maison Lanvin en 2015, après quatorze années passées à la tête de ses collections. L’origine de ce départ est un différend avec Shaw-Lan Wang, la propriétaire taïwanaise de la marque. Depuis cette époque, deux créateurs lui ont succédé, Bouchra Jarrar et Olivier Lapidus, sans qu’ils réussissent à recréer la magie de la période Elbaz. Tous ceux qui appréciaient son style saluent son travail, qui fut à l’origine du renouveau de Lanvin. Les espoirs suscités par Bruno Sialelli sont donc immenses.

Une première collection Bruno Sialelli placée sous haute surveillance

Cette première collection pour Lanvin avait donc une valeur de test pour le couturier. Rendez-vous était pris le 27 février 2019 au Musée de Cluny pour découvrir la collection Lanvin automne-hiver 2019-2020, intitulée « Pèlerins Mystiques ». Le couturier a puisé son inspiration dans des sources multiples, Paris, la Bretagne ou la poésie de Jean Genet. Les couleurs traditionnelles de la maison, le bleu Lanvin et le noir, côtoient des coloris doux, le bleu layette ou le vert absinthe, et d’autres plus audacieux, le jaune banane ou un violet puissant. La soie est interprétée en longues robes vaporeuses, des vareuses habillent des mannequins des deux sexes, les mailles épaisses se déclinent en jacquards traditionnels. L’accueil est bon pour cette première collection Bruno Sialelli et tous les espoirs sont permis pour Lanvin qui peut à nouveaux croire en des lendemains radieux.

Lanvin et Alber Elbaz, une histoire fusionnelle

Il est difficile d’évoquer l’histoire récente de Lanvin sans s’attarder sur Alber Elbaz. A l’orée des années 2000, la plus ancienne des maisons de couture françaises, créée en 1889, attendait telle une belle endormie qu’un créateur soit capable de lui insuffler quelque chose de neuf. Cet homme providentiel s’appelait Alber Elbaz. Il réussit à renouveler le style qui avait rendu célèbre Jeanne Lanvin tout en développant une touche personnelle, féminine, sophistiquée et élégante. Il montra un goût marqué pour les robes, souvent soulignées de nœuds, et interprétées dans quelques couleurs fétiches : le noir, le rouge et le célèbre bleu Lanvin. Le couturier présenta de si fortes affinités avec la griffe, que son nom se superposa à celui de Lanvin et qu’il prit le contrôle total de son image, jusque dans la conception des vitrines des magasins. Le style Elbaz avait un si puissant pouvoir addictif, que tous ses passionnés restent encore inconsolés du départ du créateur.

Make It Happen organise les événements professionnels de la mode et du luxe, dans des lieux classiques ou atypiques, mais toujours très parisiens !

Write Comment...

Name

Email