Chandigarh, la ville selon Le Corbusier

5/149
LECORBUSIER

Pour ceux qui apprécient l’univers du luxe, Chandigarh pourrait fort bien évoquer le nom d’un parfum. Mais vous savez qu’il n’en est rien, c’est celui de la ville indienne imaginée par Le Corbusier. Ville nouvelle, capitale du Pendjab, construite après l’indépendance de l’Inde à la demande de Nehru, sa construction démarra en 1951 pour s’achever en 1965, qui est aussi l’année de disparition du Corbusier. Make It Happen vous offre un voyage en Inde, à Chandiragh, la ville rêvée par Le Corbusier.

Chandigarh, une ville indienne surprenante

Chandigarh a été construite pour donner une nouvelle capitale au Pendjab, qui s’en trouve dépourvu à la suite de sa partition avec le Pakistan. L’architecte initialement choisi pour cette réalisation ayant brutalement disparu dans un accident d’avion, les maîtres d’œuvre indiens doivent partir à la recherche de celui qui pourra transformer leur projet en réalité. C’est vers l’Europe qu’ils se tournent. Dans le contexte de reconstruction de l’après-guerre, les chantiers ne manquent pas, et la plupart des hommes de l’art sont déjà retenus. C’est ainsi que le projet arrive entre les mains du Corbusier. L’architecte a plus de 60 ans lorsqu’on lui fait cette proposition au début des années 50. L’ensemble de ses programmes de reconstruction étant tombés à l’eau, Chandigarh se présente alors comme l’opportunité d’appliquer son concept d’habitat à l’échelle d’une ville, ce qu’il n’a encore jamais pu réaliser. C’est une proposition qu’il ne peut laisser passer.

Chandigarh : faire table rase du passé

Le Corbusier s’est peu soucié d’adapter l’architecture de Chandigarh aux besoins de la population indienne. C’est ce qui explique que la cité ne ressemble en aucune façon aux autres villes indiennes. Elle reprend les principes de construction chers à Le Corbusier. En premier lieu, l’utilisation du béton brut, omniprésent. Le Corbusier adapte l’architecture des bâtiments aux contraintes climatiques de la région, située au pied des contreforts de l’Himalaya. Brise-soleil et cheminées font partie des dispositifs pour lutter à la fois contre les fortes chaleurs de l’été et les coups de froid de l’hiver.

Pierre Jeanneret, l’autre homme de Chandigarh

Il paraît difficile de parler de Chandigarh sans évoquer un autre architecte qui a beaucoup œuvré à sa réalisation, le cousin et fidèle collaborateur du Corbusier, l’architecte Pierre Jeanneret. Corbusier ne connaît pas l’Inde et y séjournera peu, c’est Pierre Jeanneret qui sera sur place pour suivre le chantier pendant toute sa réalisation. Mais, si son nom a été parfois oublié par les manuels d’architecture et d’histoire de l’art, il fit pourtant bien plus que surveiller le chantier. Il conçoit une centaine de bâtiments et de nombreuses pièces de mobilier.

Chandigarh aujourd’hui, une ville menacée

Chandigarh s’est beaucoup développée et rarement dans l’esprit de son concepteur. Construite pour accueillir 500 000 habitants, elle en compte deux millions aujourd’hui. Beaucoup d’aménagements ont été réalisés de façon anarchique. Les habitants ignorant la valeur du mobilier, l’ont dispersé, parfois même détruit. Les seuls éléments bien préservés sont les jardins entourant la ville et les grands arbres dépassant les maisons, renforçant l’idée originale de créer une cité-jardin s’éclipsant dans la nature. Depuis 2016, Chandigarh fait partie des dix-sept sites conçus par Le Corbusier inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, une inscription qui pourrait sauver la ville des dangers qui la menacent.

Make It Happen imagine pour vous des décors sur-mesure pour l’organisation de votre showroom ou concept-store à Paris, dans des lieux toujours plus atypiques et surprenants !

Write Comment...

Name

Email