La mode automne-hiver 2018-2019 défile dans des lieux atypiques

45/118
chanel-grand-palais-2

Cette fois encore, les griffes ont cherché à sortir des sentiers battus pour présenter leur collection automne-hiver 2018-2019. L’objectif est toujours d’étonner en créant des scénographies originales dans des lieux insolites : Grand Palais, Musée Rodin, Trocadéro, Petit Palais et même… une école élémentaire du 15e arrondissement.

Un lieu insolite pour Chanel rime forcément avec Grand Palais

C’est maintenant devenu une habitude pour Chanel de présenter ses vêtements et accessoires sous la nef du Grand Palais, et bien sûr, dans des décors toujours aussi somptueux. C’est dans une forêt plus vraie que nature que les mannequins ont défilé pour la nouvelle collection automne-hiver 2018-2019. Karl Lagerfeld a imaginé, cette fois-ci, un décor très réaliste, constitué d’arbres immenses, de branchages recouverts de lichen et d’un sol jonché de feuilles mortes.

Le musée Rodin, un lieu atypique pour les collections Dior

Non, nous ne sommes pas à la fac de Nanterre en mai 68, mais bien en 2018 au musée Rodin, où avait lieu le dernier défilé Dior. C’est dans le jardin du musée qu’une structure éphémère accueille la collection de l’hiver prochain. Pour l’occasion, on a ressorti quelques pancartes affichant des revendications féministes, qui auraient pu être formulées par quelque étudiante en colère du joli mois de mai. C’est en tous cas, une façon pour Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la marque, de commémorer le cinquantenaire des événements de 68.

Une structure éphémère au Trocadéro pour Yves Saint Laurent

La dernière collection Yves Saint Laurent s’inventait au pied de la tour Eiffel. Les températures hivernales ne permettant pas de défiler à l’extérieur, c’est dans une structure éphémère, qui n’a pas manqué d’intriguer les touristes de passage, que s’est déroulé l’événement Yves Saint Laurent de cette saison. Pour l’hiver prochain, Anthony Vaccarello imagine pourtant une femme peu sensible au froid. Elle arbore le plus souvent short et bottines, lui donnant une allure rock et conquérante, mais que seules pourront porter les clientes les moins frileuses.

Le Petit Palais, lieu éphémère de la dernière collection Simon Porte Jacquemus

Pour Simon Porte Jacquemus, étoile montante de la mode parisienne, les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Le créateur trouve invariablement son inspiration dans ses expériences personnelles : le sud de la France où il a grandi, sa mère disparue, le Maroc où il aime se ressourcer. L’Amour d’un Gitan, La Bomba, Le Souk, les noms de ses collections, évoquent simplement son parcours et ses rencontres. Au fil des saisons, le jeune créateur aime investir des quartiers et des lieux différents pour présenter ses créations. La saison dernière, il s’agissait du Marais et du Musée Picasso, cette fois-ci, il avait choisi pour “Le Souk”, sa collection de l’hiver prochain, les Champs Elysées et le Petit Palais.

Selon Carven, le lieu le plus insolite de la capitale est une école élémentaire

Carven a décidé de retourner à l’école à l’occasion de la présentation de sa dernière collection. Serge Ruffieux a choisi le cadre d’une école élémentaire du 15e arrondissement, située rue Mademoiselle, pour dévoiler sa vision de la mode féminine de l’hiver prochain. Le public installé sur des petits bancs noirs a pu découvrir de gros pulls de coton portés sur de légères jupes en voile d’organza ou des chemisiers à l’allure très stricte, boutonnés jusqu’au cou. Le décor et la scénographie était parfaitement choisi pour accueillir ses écolières à l’allure mi ange, mi démon.

Write Comment...

Name

Email